13/03/2007

Photos des Campements 2006

Corroy le Château

060400346b1fre2nouscorroy06

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aarschot

aarsAlClJeanPtaarsTrioJeanPtaarsTrioPt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photos9photos7

IMGP1948

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Manteyer ( France, prés de Gapp )

IMGP1975ptIMGP1988ptIMGP1992pt

 

 

 

 

 

 

Boussu - Fête du patrimoine

IMGP2032ptIMGP2038ptIMGP2072pt

 

 

 

 

 

 

Nivelles - en ville !

IMGP2282ptIMGP2285ptIMGP2299pt

 

 

 

 

 

 

 c'était génial !

23:46 Écrit par Jean-Pierre Ferenkak - sculpteur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/02/2007

Mesures Médiévales

Les Mesures Médiévales étaient souvent des longueurs d’une partie du corps Humain !

 

Sauf :

L’unité minimale est la ligne = diamètre d’un grain d’Orge +/- 2,25 m/m

Le pouce équivaut à 12 lignes ou 2,707 cm

Ensuite la main qui comporte 3 mesures :

     

Mesures_de_la_main_artlibre_jnl

 

      1-     la palme équivaut à 55 lignes ou 12,40 cm

2-     l’empan équivaut à 89 lignes ou 20,08 cm

3-    la paume équivaut à 34 lignes ou 7,6 cm

Le pied équivaut  à 144 lignes ou 32,48 cm ou Empan + Palme

La coudée équivaut à 233 lignes ou 52,56 cm ou Pied + Empan

La toise équivaut à 886 lignes ou 194,9 cm ou 6 Pied

 

MédiéTriArt emploiera désormais toutes ses mesures pour leurs réalisations 2007 en utilisant une « Pige » sorte de règle en bois (chêne) rectangulaire  7 x gradué (ligne,pouce,paume,palme,empan,pied et coudée) de la longueur d’ une coudée

 

 

Rappel des mesures dans l’ordre et tableau :

 

Ligne ou Grain d’Orge = 2 ,25 m/m

Empan                     = 20,08 cm

Pouce                           =  2,707 cm

Pied                          = 32,48 cm

Paume                         =  7,6 cm

Coudée                     = 52,56 cm 

Palme                          =  12,4 cm

Toise                        = 194,9 cm

 

 

 

19:12 Écrit par Jean-Pierre Ferenkak - sculpteur dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

13/02/2007

Langue !

A cette époque la langue n’est pas unifiée et codifiée comme aujourd’hui. Chacun est libre de créer ses mots et ses verbes, surtout pour exprimer une manière de voir les choses plutôt que de décrire la réalité.

 

quelques phrases!

 

J’en vais querir de la buissonade pour faire une bonne flambée pour se rechaudir le potron

Je vais chercher du petit bois pour allumer le feu pour se rechauffer le cul

 

Mesttre moult  défroques pour se rechaudir prestement

Mettre beaucoup de mauvais vétements pour se rechauffer rapidement

 

 Faites mander le fournier, qu’il nous fasse bonne pitance

Faites venir le boulanger, qu’il nous fasse de la bouffe

 

Je vais ouvrer sur ce placet, là a senestre

Je vais travailler sur ce tabouret, là a gauche

 

Et tôt la souplette, mais ma gourdasse est vide,je ne saurais m’espongier dans la vinasse !

Bientôt la soupe, mais ma gourde est vide, je ne sais pas me foutre une cuite !

 

Liesse et régals ne sont point loudier et nice

Fête et festins ne sont pas pour les paysans et ni pour les ignorants  

 

ma géniture,mon fiot, ma fiote et tôt remirez qu’avoir de l’estoc comme moi, c’est conchier son roi !

ma descendance, mon fils,ma fille, bientôt regardez qu’avoir de la classe comme moi, c’est trahir son roi !

 

bonne nuitée, a la couche apres francherepue !

bonne nuit, au lit ! apres ce repas rassasiant !

 

bonne chevestre, m’en vais quérir et ouvrer pour te la bailler

bonne corde, je vais chercher et travailler pour te la donner

 

c’est conjouir de la dextre, céans en mon étal moulte bachelette et bachelot

c’est acceuillir de la main droite,ici dans mon etalage beaucoup de jeune fille et de jeune homme

 

 

 

20:52 Écrit par Jean-Pierre Ferenkak - sculpteur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Gargouilles

Gargouilles

 

Hors d'atteinte pour qui ne possède pas d'ailes, la gargouille se penche vers le bas monde. De sa gueule s'écoulent des sarcasmes. Bestiaire des hauteurs, un peuple d'êtres fantastiques s'accroche à la flore minérale qui s'enracine dans la masse puissante de la pierre. Lianes, fleurs et corolles recouvrent contreforts, pinacles et arcs-boutants. Une dentelle de granit se dresse vers la lumière. Élégance, harmonie, virtuosité. Le choeur de l'église, fruit de la science profonde de l'architecture ogivale, fut élevé au XVème siècle (1450-1521) sur les ruines du choeur roman écroulé. L'ivresse du pur style gothique anime le chevet d'une vie nouvelle. La pierre s'élance vers le ciel, suspendue, aspirant à l'envol.

gargouillePt

 

20:43 Écrit par Jean-Pierre Ferenkak - sculpteur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |